Ce qu’il ne faut pas faire quand on est recruteur

Je reçois très régulièrement (Et je ne dois pas être le seul) des propositions d’embauche via les sites de recrutement. Une majorité d’entre elles est légitime (Encore heureux !), mais de nombreuses autres sentent un amateurisme qui me choque de la part d’entreprises capables de recruter des RH compétents.

Je vous propose d’en décortiquer ici un exemple assez représentatif :

1. Le publipostage

Pour commencer, je me rappelle qu’on m’a toujours dit, lors de mes recherches d’emploi, de personnaliser la lettre de motivation que j’envoyais, afin de montrer au recruteur (Justement) que je m’étais intéressé de près à l’annonce et l’entreprise.

Ce conseil s’applique également aux recruteurs : si vous voulez que je pense que c’est mon profil en particulier qui vous intéresse, faites en sorte de personnaliser le mail que vous m’envoyez ! Sinon je vais croire que vous envoyez le même à tout le monde !

Par exemple, quand je lis, dès la première ligne :

Cher/Chère Marc


Je conclus assez vite que vous n’avez même pas pris la peine de vous être relue ! Quand je postule, il m’arrive de le faire, quand je ne connais pas le nom ni le sexe de mon interlocuteur. Mais là ! Un petit effort serait apprécié, je ne m’appelle pas Camille ou Dominique !

2. Le poste vague

Maintenant qu’on a compris que le mail ne m’est pas envoyé personnellement, mais à une flopée d’autres candidat(e)s, analysons le poste un peu plus en avant. Dans ce mail précis, l’intitulé est le suivant :

Développeur/Intégrateur PHP junior ou confirmé


Intéressons-nous pour commencer sur le nom du poste « Développeur/Intégrateur PHP ».

Pour commencer, je ne sais pas ce qu’est un intégrateur PHP. Le travail d’un intégrateur est de mettre en page (Via HTML et CSS) le données qui lui seront envoyées par les développeurs (Quel que soit le langage utilisé par ces derniers). C’est une profession souvent mal reconnue : beaucoup pensent qu’un intégrateur n’est rien d’autre qu’un développeur « light » et que ses compétences ne sont pas difficiles à maîtriser (Et que par conséquent, un développeur peut le faire en plus de ses propres tâches). Pour ma part, je pense qu’il s’agit de deux métiers différents bien que complémentaires, et que maîtriser chacun d’entre eux demande beaucoup de travail. Il ne me semble donc pas illogique d’y consacrer deux postes.

La plupart du temps, les annonces qui recherchent un intégrateur/développeur ne tiennent pas compte des degrés de compétence exigés, et cherchent un mouton à cinq pattes, capable de maîtriser les deux métiers pour un salaire souvent misérable. Inutile de dire qu’ils se retrouvent souvent avec le dessous du panier, et que la qualité des réalisations obtenues s’en ressentent. Il peut aussi s’agir de débutants très motivés mais exploités, qui partent très vite de la structure et génèrent un turnover important.

En second lieu, demander, pour n’importe quel poste, une expérience « junior ou confirmé », revient à dire : « Je ne sais pas comment fonctionne ce métier et je n’ai consulté personne pour me l’expliquer ». Qu’un recruteur ne soit pas au fait des spécificités techniques d’un poste ne me pose pas de problème. Mais qu’il ne prenne pas la peine de consulter l’équipe que l’employé rejoindra pour définir le poste me paraît peu professionnel.

3. L’absence de descriptif de poste

Vous n’allez pas nous allécher avec un simple intitulé de poste, si bon soit-il (Et dans ce cas précis, si mauvais !). Encore faut-il spécifier toutes les tâches et compétences qui seront demandées au quotidien dans l’entreprise !

[...]ce poste dont vous trouverez ci-joint le descriptif


Mais quand on commence par annoncer un descriptif, qu’on ne retrouve pas dans le mail ni sur linkedIn (L’offre en question ne faisant même pas partie des offres référencées pour l’entreprise sur LinkedIn), ni même sur le site de l’entreprise, c’est assez inquiétant. Surtout quand on sait que le mail est envoyé en masse, et que, vu l’intitulé du poste, il n’existe sans doute tout simplement pas de descriptif précis !

De même, l’absence de fourchette de rémunération ne permet pas de savoir si le poste proposé est conforme à notre plan de carrière, donne par conséquent encore moins envie de répondre.

4. Le travail gracieux

A défaut, si vous connaissez des personnes susceptibles d’être intéressées par le poste, n’hésitez pas à faire suivre.


Comme si le publipostage n’avait pas été suffisamment large comme ça ! Alors non seulement vous envoyez en masse sans prendre le temps de vous relire, mais vous voudriez en plus que je transfère à mes contacts ? En gros que je fasse, à titre parfaitement gracieux, votre propre travail que vous bâclez ?

Alors, Florence, pour commencer, les mails comme celui-ci, ils passent toujours à la poubelle. Mais quand, en plus, ils me demandent de pallier aux déficiences professionnelles du recruteur, ils partent avec en prime une signalisation en spam (Et pas à Gmail, hein, directement sur le site incriminé).

Bien cordialement,
Bien cordialement (Comme vous dites si bien !)

Post-scriptum :

Edit du 7 novembre 2014 : je suis tombé sur cet article chez les excellents Sam & Max : Comment écrire une annonce pour recruter des devs, qui est très complémentaire de celui-ci.

Laissez votre commentaire