Pourquoi je n’ai pas détesté Dragon Ball Evolution

Depuis la sortie du film en 2009 (Et même avant), les fans absolus de l’univers de Dragon Ball (Dont je fais partie) ont passé leur temps à vomir leur bile sur l’adaptation cinématographique de Dragon Ball : l’univers ne semblait pas respecté, le casting n’est pas des meilleurs, etc ...

De la difficulté d’adapter un manga

Les transformations de Sangoku, par Gogeta Jr.
Les transformations de Sangoku, par Gogeta Jr.

Encore plus que pour un comics, au dessin et à l’univers plus réaliste, le style graphique d’un manga est difficile à adapter sur de véritables acteurs. En premier lieu, les coiffures improbables de beaucoup de personnages de manga (Notamment celles des personnages de Dragon Ball, donc, et d’autant plus que les coiffures des personnages principaux évoluent en fonction de leurs niveaux de puissance) sont très difficiles à recréer tout en les rendant crédibles. Nombre de cosplayers s’y sont essayés, avec des résultats très mitigés : si certains s’en sortent honorablement en respectant au maximum les contraintes ou en prenant un peu de liberté capillaire, d’autres se vautrent lamentablement sur le sujet.

Living Ichigo en Sangoku Super Saiyan
Living Ichigo en Sangoku Super Saiyan

De plus, contrairement à un comics, l’action dans un manga est quasiment toujours exagérée : dans le cadre de Dragon Ball, nous parlons de personnages qui peuvent voler, envoyer des vagues d’énergie à leurs adversaires et qui, au terme de l’aventure, auront acquis une puissance telle qu’ils sont capables de détruire la planète. Ces exagérations sont très dures à rendre crédibles avec des acteurs. De (très bons) amateurs s’y sont déjà essayé avec des résultats quelque peu mitigés, mais aucun ne rend véritablement la dimension épique que cela peut prendre en dessin animé.

Le film en lui-même

Si l’on met à l’écart, provisoirement, tout le côté « Dragon Ball » du film, qu’en reste-t’il ?
Pas grand-chose malheureusement : on raconte l’histoire d’un jeune homme impopulaire qui veut venger son grand-père, va rencontrer des amis en chemin, et se retrouvera l’objet d’une prophétie millénaire. Un scénario très basique donc, mais je ne m’attendais certainement pas à quelque chose de qualité. C’est un mauvais film, et la surcouche Dragon Ball peut le faire passer dans la catégorie des nanard.

Dragon Ball, une légende intemporelle

Moi qui suis fan de l’univers de Dragon Ball, j’avais une énorme appréhension avant de le voir. Malgré tout, malgré les énormes approximations et les libertés prises par rapport au matériau d’origine, je n’ai pas hurlé au scandale. Le film est au final si éloigné de ce que je m’attendais d’une adaptation du manga, que j’ai eu l’impression de voir l’interprétation cinématographique d’une très vieille légende qui n’aurait été transmise que par tradition orale : on s’éloigne effectivement de l’histoire d’origine, mais c’est justement cet éloignement qui ne fait que renforcer les qualités de l’œuvre.

Au final, et grâce à ce film, Dragon Ball me paraît désormais comme s’il avait désormais dépassé le stade du manga ou des dessins animés, pour devenir une histoire plus universelle que chacun serait libre d’interpréter à sa manière.

2 commentaires sur "Pourquoi je n’ai pas détesté Dragon Ball Evolution"

wilou

Pour moi, la seule raison pour laquelle je n’ai pas detesté DragonBall Evolution c’est Jamie CHung :P
Whouaaaa !!!

Marc

Elle est mignonne, c’est vrai, mais j’étais trop concentré sur l’absence de qualités du film ;)

Ravi de te voir ici, en tout cas !

Laissez votre commentaire